L’agriculture sur brûlis, l’élevage traditionnel et le petit commerce constituent les principales activités économiques de la population de Herico. A cela, s’ajoutent les métiers de la maçonnerie,  de la menuiserie, de la forge, de la briqueterie, de la boulangerie, de la cueillette, etc.

De nos jours, d’autres métiers et prestations de services qui sont des véritables sources de revenus pour cette population notamment chez les jeunes se greffent à ceux traditionnels.

Malgré l’absence de l’électricité,  mais la percée progressive des NTICs (la téléphonie), on constate la présence des ateliers de soudure, des garages à moto, des ateliers de couture, de coins de coiffures, des petits bars, des vidéos clubs, des services de transfert d’argents, taxi motos, etc. A travers ces activités, les jeunes se tirent d’affaires et arrivent à entretenir des nombreux foyers sans forcément tenter l’exil ailleurs.

Interrogé, Maître Kanté,  soudeur de profession, affirme : « … il y’a quelques mois que je me suis installé ici. Je fais fonctionner mon atelier avec un petit groupe électrogène. Je fabrique de portes, de fenêtres, de fourneaux, de brouettes et autres outils de travail. Mon objectif, c’est de travailler ici tout ce que les clients demandent sans désormais importer les matériels ailleurs. Qu’on reste à Herico et acheter ce qu’on veut à un prix abordable. C’est une manière d’aider notre population, d’apprendre ce métier à d’autres jeunes pour leur véritable autonomisation. J’invite tout le monde à nous faire confiance et nous encourager en faisant des commandes chez nous ».

Un autre mécanicien répond que son garage apporte une grande utilité aux propriétaires des motos. Les mardis et mercredis il est débordé avec les clients. On l’appelle de partout pour effectuer des dépannages. Même s’il rencontre parfois des difficultés, il remercie Dieu, car conclut-il ce métier lui rapporte beaucoup.

Plus loin, un autre prestataire nous conseille qu’avec les services de transfert d’Orange money et Moby Money, on peut faire des dépôts et des retraits d’argents en toute sécurité à Herico et sans pourtant être obligé de voyager tout temps avec l’argent espèce.

Le hic dans tout ça, il ne pas rare de rencontrer  à l’occasion des marchés hebdomadaires certains enseignants ou élèves  qui boudent les classes pour faire le transport de taxi motos.

Aujourd’hui, les visages des marchés de Herico et de Wendou Feto se modernisent peu à peu à travers la construction des grands immeubles, boutiques et  magasins de stockages. D’où, pour les autorités notamment la mairie d’entreprendre des mesures allant à l’agrandissement, au lotissement et à la gestion moderne de ces marchés.

Avec ces nouvelles activités génératrices de revenus, la population tire une réelle satisfaction  et  l’économie rurale pourrait se porter mieux. Pourvu que ces activités, métiers et prestations soient encouragés, encadrés et règlementés. Ainsi, le salut pourrait venir de là pour décourager les candidats à l’exode rural ou l’immigration illégale.

Ibrahima DIALLO, de retour de Herico pour www.herico.org